Créer sa propre entreprise est devenu depuis quelques années, le meilleur moyen d’atteindre l’autonomie financière et la renommée. Cependant, cela semble plus simple à dire qu’à faire. En effet, avec les multiples régimes juridiques disponibles, il peut être assez compliqué de choisir le bon. À ce sujet, l’EURL et l’EIRL font partie de ceux les plus importants du domaine. Si vous envisagez créer votre entreprise, vous devez les connaitre. Découvrez dans cet article les points communs et les différences entre ces deux systèmes.

Quelques points communs

L’EURL et l’EIRL présentent nécessairement quelques points en commun. Le premier d’entre eux est relatif à la séparation des patrimoines respectifs de l’entrepreneur et de l’entreprise. Cela offre un avantage considérable à l’entrepreneur qui, en cas de dettes, bénéficie de responsabilités limitées à ses simples apports au sein de l’entreprise. Il peut donc échapper plus aisément à ses créanciers qui ne peuvent quasiment pas le poursuivre. Le deuxième point qu’ils ont en commun est relatif à l’effectif des associés. En effet, si plusieurs autres régimes préconisent la présence de plusieurs associés, l’EIRL et l’EURL en ce qui les concerne prévoient la présence d’un seul associé (qui peut être une personne autre que l’initiateur principal). Le troisième et dernier point qu’elles ont en commun concerne le statut du gérant. En effet, dans l’un comme dans l’autre des cas, celui-ci est considéré comme un travailleur, mais non-salarié. Cela veut simplement dire que ce dernier pourra effectuer son activité sans devoir la moindre cotisation à l’assurance chômage. De plus, l’ensemble des cotisations sont considérablement amoindries pour ce type d’entrepreneurs.

Quelques différences majeures

Les EIRL et les EURL possèdent quelques différences fondamentales dont il est essentiel de parler. D’abord, il est essentiel de souligner qu’une EURL est une société à part entière. Elle est donc dotée d’une personnalité morale (chose que l’EIRL ne possède pas forcément vu qu’elle est une entreprise). Ensuite, il faut noter des différences au niveau de la procédure à suivre pour la création. Il faut dire que dans le cadre d’une EURL, la procédure est plus complexe que dans le cadre d’un EIRL. En la matière, on souligne premièrement des procédures principales. Il s’agira fondamentalement de :

  • La rédaction du texte constitutif : c’est une étape assez importante vue qu’elle prend en compte les règles et les normes fondamentales de la future entreprise ;
  • Le partage d’un avis dans le journal mandaté pour les annonces légales ;
  • La mise en place d’un registre pour les bénéficiaires effectifs.

Dans le même temps, il est tout aussi important de mettre en valeur plusieurs autres formalités, mais qui sont beaucoup plus secondaires. On parlera fondamentalement du formulaire à compléter, ainsi que de toutes les autres formalités administratives importantes. Les différentes formalités sont essentielles dans la mesure où elles sécurisent à la fois l’entreprise et l’entrepreneur. De même, elles lui assurent un certain confort en ce qui concerne le paiement de l’impôt. Enfin, les deux systèmes  d’entreprises ne présentent pas les mêmes possibilités en termes de développement. En EURL, les options sont beaucoup plus importantes qu’en EIRL.